BARAKA

BARAKA

Menu
Semaine anticoloniale 2008

Semaine anticoloniale 2008

Du 16 au 24 février 2008 : semaine anticoloniale
 

undefined

« C’est l’heure des brasiers,
et il ne faut voir que la lumière»
José Marti

 


Baraka participe à l'organisation de la soirée Anticoloniale, Hommage à la Tricontinentale de l'Association Ishtar.

 

Soirée Anticolonialiste
Mercredi 20 fév, de 18h30 à 23h

au Centre Culturel la Clef  (21 rue de la Clef 75005 Paris)
 
L’Association Ishtar organise et anime depuis le mois de février 2007 un ensemble de manifestations culturelles et politiques pour rendre hommage au combat anticolonial et anti-impérialiste des peuples d’Asie, d’Afrique, d’Amérique Latine et du monde arabo-musulman. A nos yeux, cet héritage est plus que jamais d’actualité à une époque de recolonisation et de justification du colonialisme. La Tricontinentale fut l’une des expressions de cette quête de liberté et de souveraineté. Elle renvoie, d’abord, à la tenue, à partir du 3 janvier 1966, à la Havane, de la première Conférence tricontinentale de Solidarité avec les peuples d’Asie, d’Afrique et d’Amérique Latine. Le 15 janvier de cette année était fondée l’Organisation de Solidarité avec les Peuples d’Asie, d’Afrique et d’Amérique Latine (OSPAAAL). Le magazine Tricontinental devait, à partir de son premier  numéro (sorti en avril 1966), jouer un rôle majeur dans l’émergence d’une véritable intellectualité anti-impérialiste des Trois Continents.

Avec cet Hommage à la Tricontinentale, nous entendons apporter notre modeste contribution à la revitalisation, à la redynamisation d’une pensée anti-impérialiste, anticolonialiste, antisioniste, antiraciste et anticapitaliste. A une époque où la réification marchande intensifie sa présence dans tous les champs de l’existence humaine (individuelle et sociale), cette pensée constitue, à nos yeux, le seul horizon de notre liberté. C’est le sens que nous donnons à notre participation à la Semaine anticoloniale.

Table ronde : 18h45 à 21h30
Héritages et actualité du combat anticolonialiste
Du Sultan Galiev à Amilcar Cabral, de Messali Hadj à Kwane N’krumah

Cette soirée anticolonialiste portera moins sur des figures que sur les relations et tissages qui se sont construits, tout au long du 20ème siècle, pour s’opposer au système colonial. Du 1er  Congrès des Peuples de l'Orient à Bakou (1920)  au Congrès de Jérusalem (1931), du Congrès anti-impérialiste de Bruxelles (1927) à la Conférence de Bandung (1955), de la Conférence Panafricaine d’Accra (1958) à la Conférence de la Havane (1966), nous pouvons suivre l’intensité des articulations entre les luttes de libération nationale des trois continents du Sud. La soirée sera donc consacrée à ces dynamiques combattantes unitaires, de l’afro-asiatisme au non-alignement, en passant par la Tricontinentale, le nationalisme arabe, le panafricanisme…
Plusieurs intervenants mettront en évidence les ramifications tricontinentales de l’anticolonialisme du Sud. La liste de nos conférenciers sera prochainement disponible sur le site : www.espace-ishtar.fr

 

 


Salon du livre anticolonial et Exposition
Du 17 au 24 février 2008 à la Librairie Ishtar
(10, rue du Cardinal Lemoine 75005 Paris)

 
Le calligraphe Irakien Mahmoud El Baghdadi offrira une calligraphie en langue arabe au lauréat du Prix Ishtar.

Exposition : « Le viol de l’imaginaire » du 17 au 24 février 2008 à la Librairie Ishtar

 

 

Remise du Prix Ishtar du Livre Anticolonial à partir de 21h30

Comme en février 2007, la Librairie Ishtar consacrera une partie de son espace et de ses vitrines à la promotion d’ouvrages et de revues qui portent sur les thèmes de l’anticolonialisme (histoire et actualité), des rapports Nord/Sud (Francafrique, mondialisation…) et de la solidarité internationale.